Fan2Figs

Fan2Figs

Blitzkrieg Guerre Froide - "search and destroy" en Algérie ?

Vous le savez, je fais partie d'un groupe travaillant actuellement à l'adaptation de la règle Blitzkrieg pour les conflits de la guerre froide. Et en ce moment, ce qui m'intéresse le plus, c'est plutôt la guerre d'Algérie.

Et puis, il fallait tester le scénario de "combat asymétrique" inclus au supplément. Pour ceux plus familier du terme, il s'agit clairement d'une mission de type "search and destroy" : un groupe en supériorité numérique quadrille un secteur, s'empare des objectifs clés et tente d'éliminer l'opposition des groupes de guérilla adverse.

Dans la théorie, on comprend bien, dans la pratique, mettre en œuvre ce genre de scénario n'est pas évident. Pour résumer, l'attaquant dispose de 1500pts d'armée, tandis que le défenseur dispose de 500pts. Au début de la partie, l'attaquant ne peut pas déployer plus de 750pts. Le reste de ses forces est conservé en réserve mobile, mais il ne peut effectuer de contact radio pour obtenir son support tant qu'au moins une unité du défenseur n'a pas été révélée.

Pour le défenseur, nous avons imaginé une règle un peu plus sophistiquée : chaque unité de commandement peut permettre de constituer un "groupe de combat" avec au moins une autre unité issue de la même formation. Ensuite, chaque groupe de combat est mis en jeu en déploiement caché. Puis des règles spéciales permettent de simuler le chaos du champ de bataille : déplacement des "marqueurs" de déploiement caché, révélation de ces marqueurs, etc.

Le scénario est volontairement court (6 tours) pour contraindre l'attaquant à faire un choix entre prendre ses objectifs ou identifier et éliminer les unités du défenseur. Faire durer le scénario plus longtemps n'a aucun intérêt ludique : puisque l'attaquant dispose de trois fois plus de troupes que le défenseur, il finira toujours par éliminer celui-ci et prendre tous les objectifs. Au final, c'est donc un barème qui permet d'attribuer des points de victoire à chaque joueur et ainsi de déterminer qui gagne la partie (qui s'est le mieux battu pour sa cause).

J'espère que tout ça sera moins abstrait pour vous avec ce compte-rendu.

Le contexte

Depuis une semaine, le commando de chasse V42 est sur la piste d'une katiba algérienne qui se serait infiltrée depuis la frontière marocaine. Le groupe est finalement localisé dans un hameau en zone interdite dans le sud-constantinois. Au petit matin, l'assaut est lancé.

La mechta est l'unique objectif de cette partie.


Vue générale du champ de bataille

Forces en présence

Français
1 commando de chasse + HMG (Vétérans / colonial / LMG)
1 compagnie paras sur Dodge + SR57mm (Elite / LMG)
1 M8
1 batterie d'obusier 150mm avec observateur
1 support aérien A-26 Invader

Algériens
1 commando zonal + superbazooka (Elite / indigène / INF)
1 katiba à 2 sections + superbazooka (Vétérans / indigène / RES)

Les groupes de combat algériens sont constitués comme suit :
Groupe A : commando zonal + superbazooka
Groupe B : QG de la katiba + superbazooka
Groupe C : 1ère section de la katiba
Groupe D : 2ème section de la katiba

Tour 1

Initiative pour les Français. Les Algériens peuvent activer 3 marqueurs de déploiement ce tour-ci.

Alors que l'observateur d'artillerie et la HMG restent en support derrière la ligne de crête d'un hauteur qui domine la mechta, les deux sections du commando de chasse se dirigent au pas de course vers les habitations.


Le commando de chasse donne l'assaut pour la première fois

Ils arrivent aux abords du village et sont cueillis par le QG de la katiba algérienne (groupe B) retranché dans les premières maisons. Trois unités sont démoralisées suite au tir d'opportunité des algériens et se replient vers leur ligne de départ. La HMG réplique et démoralise les deux unités du groupe de combat B. Cependant, une unité française se retrouve isolée de tout QG.

Dans la suite du tour, deux marqueurs de déploiement convergent vers la mechta.


Tour 2

Initiative pour les Français, 6 activations de marqueurs pour les Algériens. Seule une unité française est ralliée, les 2 unités algériennes le sont. Pas de contact radio pour les renforts français.

L'unité française isolée tente un test d'expérience pour bouger, mais c'est un échec. Le commando de chasse reste sur place et tire sur les unités algériennes pour dégager l'unité bloquée à découvert. Le QG de la katiba est éliminé, mais le superbazooka ne subit aucun dégât et ouvre le feu sur l'unité française isolée. Celle-ci est démoralisée et se replie avec le reste de sa formation.

Un marqueur de déploiement algérien arrive en renfort dans les bâtiments de front de la mechta.


Situation à la fin du tour


Tour 3

Initiative pour les Français, 5 activations de marqueurs pour les Algériens. Deux unités françaises sont ralliées (il en reste une démoralisée). Les Français obtiennent un contact radio et la compagnie paras entre en renfort.

Activation de la compagnie paras, qui est déposée par les camions Dodge à proximité de la zone de rochers à l'ouest de la mechta. Les unités d'élite découvrent une section de la katiba algérienne (groupe de combat D) lorsque celle-ci effectue un tir d'opportunité à bout portant : une unité française est éliminée et quatre sont démoralisées et tentent de rallier le commando de chasse.


Les paras sous le feu d'une section de l'ALN

Mais les paras ne se font pas tirer dessus sans riposter : une unité algérienne est éliminée, les deux autres sont démoralisées et restent à couvert dans la zone de rochers.

De l'autre côté du champ de bataille, le commando de chasse s'apprête à lancer un nouvel assaut sur la mechta, mais cette fois, ils sont cueillis par les tirs d'opportunité de la 1ère section de la katiba (groupe de combat C). Une unité française est éliminée, les autres sont démoralisées et se replient à nouveau derrière le couvert de la ligne de crête.

La HMG ouvre le feu pour couvrir l'échec du second assaut, mais n'obtient aucun résultat contre les troupes de l'ALN solidement retranchées.



Tour 4

Initiative pour les Français, 3 activations de marqueurs pour les Algériens. Deux unités françaises sont ralliées dans le commando de chasse, trois dans la compagnie paras. Les Français obtiennent un contact radio et font entrer en jeu le soutien aérien de B-26.

Les Français démarrent le tour en activant le soutien aérien de B-26. La voix du commandant se fait entendre dans les écouteurs du pilote : "Traitement aux bidons spéciaux. Objectif : les bâtiments qui bordent l'entrée sud de la mechta".
En quelques secondes, la moitié du village algérien est embrasé par le bombardement au napalm et les unités algériennes qui y étaient présentes sont éliminées.

La voix du commandant se fait entendre cette fois dans la radio du capitaine du commando de chasse : "V42 : allez au contact vous assurer du résultat. Nous arrivons en appui."

Mais l'officier du commando de chasse temporise l'application de l'ordre et prend le temps de regrouper ses hommes, durement éprouvés par les deux précédents assauts.

Pendant ce temps, la compagnie paras subit toujours le tir du groupe de combat D algérien, retranché dans les rochers. Une unité française est démoralisée alors que le reste de la formation décroche de sa position pour rejoindre la mechta.

Dans la suite du tour, 2 marqueurs de déploiement algériens quittent le village pendant qu'un troisième y fait son entrée.



Tour 5

Initiative pour les Algériens, 2 activations de marqueurs pour les Algériens. Toutes les unités paras françaises sont ralliées, une l'est dans le commando de chasse. Pas de contact radio pour les renforts français.

Le groupe D algérien tire sur les paras en train de se contourner les rochers pour se diriger vers les habitations. Ils parviennent à éliminer deux unités françaises et en démoraliser deux autres, laissant deux dernière unités d'élite isolées de tout groupe de commandement.

Pendant ce temps, le commando de chasse se dirige au pas de course vers la mechta et devance ainsi les éléments isolés de la compagnie paras.


Le commando de chasse parvient enfin à l'entrée de la mechta



Tour 6

Initiative pour les Algériens, 1 activation de marqueurs pour les Algériens. Deux unités paras françaises sont ralliées, idem dans le commando de chasse. Les Français obtiennent un contact radio et choisissent d'effectuer un tir d'artillerie.

Le groupe de combat D algérien, activé en premier, effectue un tir à longue distance sur les paras français, mais n'obtient aucun résultat.

Les Français utilisent leur première activation pour commander un tir d'artillerie sur la zone rocheuse à l'est de la mechta. Les obus de 105mm se mettent à pleuvoir sur la dernière section de la katiba algérienne, qui s'en sort avec une unité démoralisée.

Le commando de chasse en profite pour entrer prudemment dans le hameau. Ils y découvrent le marqueur de déploiement masquant la position du groupe de combat A algérien. La puissance de feu du commando zonal de l'ALN est impressionnant (15D6) et l'embuscade dans le village se fait à bout portant. Mais les unités françaises s'en sortent avec quelques démoralisations et reviennent se mettre à couvert derrière la rangée de maisons toujours en flammes.


Le commando zonal de l'ALN attendait les français à l'intérieur de la mechta

L'échec de cette troisième tentative de prendre l'objectif marque la fin de la partie.

Bilan

Au décompte des points de victoire, les Algériens marquent 15 points, les Français 10 points. En fait, c'est le fait que la mechta soit toujours contrôlée par les Algériens qui permet de départager les deux camps. Il restait plusieurs marqueurs de déploiement non-révélés, ce qui, pour les Français, représentant autant de zones non-sécurisées dans leur secteur d'intervention. Par ailleurs, ils ont subit des pertes non-négligeable, ce qui a permis aux Algériens de marquer des points.

D'un point de vue ludique, c'était la seconde fois que je testais ce scénario de combat asymétrique. La première fois, j'avais relevé déjà des points d'amélioration (constitution des groupes de combat, plutôt qu'emploi des formations données par la liste d'armée ; mouvement des marqueurs, barème des points de victoire, durée du scénario...). Une fois ces modifs pris en compte, on obtient quelque chose d'intéressant à jouer.

Cette fois, c'est principalement la révélation des marqueurs de déploiement qui me semble à améliorer. En effet, l'attaquant va d'embuscade en embuscade, ce qui n'est pas crédible (une unité expérimenté doit pouvoir anticiper et être sur ses gardes). Par ailleurs, les marqueurs peuvent se déplacer en terrain découvert sans être révélés. Pourquoi pas ? Mais là encore, seule une unité expérimentée doit pouvoir réussir cela. Bref, un scénario à tester encore au moins une fois...


20/01/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres