Fan2Figs

Fan2Figs

Vlavostok - 02 - Garde Impériale / Death Guard

Le destin de Vlavostok
24/05/2008 – Bataille n°2


Rapport de bataille n°2

Sabotage

 

Préparatifs

Briefing Garde Impériale

Il est prévu dans la campagne que lorsqu'une 6 est obtenu sur le tableau des missions standards, la relance se fasse non pas sur des missions de batailles (difficiles à justifier avec des armées de 400 points), mais sur des missions de raids. Aïe aïe aïe ! Le résultat obtenu était une mission de sabotage dont mon 8ème Proximus allait jouer le rôle de défenseur. Et pour compliquer le tout, puisque nous étions au début de la campagne, « il était convenu » que je ne pourrais déployer qu'une seule unité de troupes au début de la partie. Que dire de plus, sinon que j'espère voir les renforts arriver rapidement...


Briefing Death Guard

Une mission de sabotage où j'allais être l'attaquant, c'était pile poil ce dont je pouvais espérer de mieux pour faire débuter la campagne à mes abominables. D'où venaient-ils ? Nul ne le savais, mais nul ne les attendait non plus et mes Marines de la peste allaient pouvoir frapper un grand coup. Comme la Garde ne pouvait déployer qu'une unité de troupes, j'ai décidé d'envoyer mes nuées de nurglings en avant pour les tester au combat, cela pourra me servir dans la suite de la campagne de mieux les connaître. Ils seront suivis de mon lieutenant du chaos, qui sera chargé de faire sauter le générateur. Enfin, les Marines de la peste resteront à l'écart, autant les économiser pour plus tard.

Mise en place

Le bâtiment du générateur ne dispose que d'une entrée, jalousement gardée par les éléments du 8ème Proximus. Quelques sentinelles ont été déployées aux alentours, prêtes à donner l'alerte au moindre signe suspect. Mais, c'est sans compter sur les siècles de lutte contre l'Imperium, qui ont permis aux Marines du chaos de passer maîtres dans les opérations d'assaut. Contournant le dispositif adverse, ces derniers ont choisi une attaque de flanc. Alors que les nurglings, entourant le lieutenant de la Death Guard, arrivent à la hauteur de l'avant du bâtiment, le reste de la troupe s'apprête à engager les sentinelles postées à l'arrière de celui-ci.



 

Tour 1

La partie commençait alors que les troupes de la Death Guard arrivait à proximité des sentinelles. L'assaut fut bref et sanglant, tuant net 4 d'entre-elles. Mais le bruit de combats se fit entendre, ce qui donna l'alerte, faisant immédiatement sortir du bâtiment les hommes de la Garde chargés de sa défense.

 

 

 

 


Tour 2

Nous allions passer aux choses sérieuses lors du second tour. Les nuées de nurglings chargèrent les défenseurs de la Garde tandis que le Lieutenant restait en arrière, prêt à entrer dans le bâtiment dès que la voie serait dégagée. Pendant ce temps, les Marines de la peste continuaient à couvrir l'arrière du bâtiment, prêts à intercepter toute intrusion des renforts adverse.

 

Durant la phase d'assaut qui suivi ces mouvements, une pluie de coups (pas moins de 28 attaques pour mes 7 socles de nurglings !) envoyèrent 4 gardes au tapis, mais leur moral tint bon et le corps à corps continuait.

 

 

Heureusement que le moral de mes défenseurs restait bon, car cela avait permis à ma seconde escouade d'infanterie du 8ème Proximus d'arriver en renfort, appuyée par l'équipe anti-chars. Certes, ce joli monde était arrivé à l'opposé de l'attaque ennemie, mais j'avais bon espoir de pouvoir bloquer la marée de nurglings assez longtemps pour pouvoir m'occuper du lieutenant adverse avec quelques tirs de lance-missiles bien placés. Il était en effet le seul, avec l'escouade de Marines, à pouvoir remplir les objectifs du sabotage.

 

Mais il fallait encore pour cela tenir la phase d'assaut. Les défenseurs faisaient preuve de bravoure face à la rage des nurglings et leur infligèrent quelques pertes, mais deux gardes supplémentaires périrent sous les coups de griffes et de crocs purulents. Leur sergent tué, ils fuirent finalement le combat. Heureusement pour eux, les nurglings prirent le temps de consolider leur position, créant un véritable rideau de protection devant l'entrée du générateur, livré à la vindicte du chaos au tour suivant...

 

Tour 3

La partie allait finalement être courte. Plutôt impressionné par l'efficacité de mes nuées de nurglings, je décidais d'en finir pendant la prochaine phase d'assaut avec les derniers défenseurs en déroute. Pendant ce temps, mon lieutenant de la Death Guard s'engouffrait dans le bâtiment du générateur pour accomplir les objectifs de la mission. Durant ce tour également, les portepestes firent leur apparition, mais comme tout semblait se dérouler correctement, ils ne jouaient qu'un rôle secondaire avec les Marines de la Peste. Aussi ces deux unités se portèrent chacun d'un côté du bâtiment, au cas où des renforts impériaux arriveraient par un de mes flancs.

La phase d'assaut donna encore un nombre d'attaques prolifique. Les survivants de l'escouade affectée à la défense du générateur furent balayés, ce qui me donna l'occasion de faire une percée jusqu'à la prochaine unité de la Garde, histoire d'éviter à mes nurglings de se retrouver sous le feu des lance-missiles proches.

 

Pendant ce temps, de nouveaux renforts arrivaient pour le 8ème Proximus, mais toujours par un côté de table bloqué par les nuées de nurglings. La progression de l'équipe anti-char s'avairait bien trop lente et plus aucune des unités de la Garde n'était en mesure d'empêcher le lieutenant du chaos de faire sauter le générateur.

 

Lors de la phase d'assaut, ma seconde escouade d'infanterie dû subir la percée effectuée par les nurglings. La moitié de l'escouade fut mise hors de combat, mais en emportant avec elle un socle de ces monstruosités répugnantes. Le moral de l'escouade tint bon, mais il fallait se faire à l'évidence : il fallait effectuer un repli en bon ordre, le générateur était perdu et d'autres batailles seraient à livrer.


Tour 4

Le front de la Death Guard resta figé lors de ce tour. Les nurglings accomplissaient leur rôle brillamment et mon lieutenant du chaos en finissait avec le générateur. Lors de la phase d'assaut, les nurglings vinrent à bout de la seconde escouade impériale, mais choisirent de consolider sur place : la prochaine unité adverse était trop loin pour que je puisse espérer effectuer une nouvelle percée.

 

Alors que le lieutenant du chaos s'éloignait du générateur, des explosions se faisaient entendre à l'intérieur du bâtiment, puis une épaisse fumée envahit les alentours. Les ronronnements sourds de l'antique machinerie s'éteignirent, bientôt remplacés par les bruits de l'incendie qui démarrait. Le capitaine Ansil, commandant du détachement du 8ème Proximus, observait avec horreur les mouches qui commençaient à dévorer les cadavres des ses hommes morts au combat lorsqu'il ordonna finalement le repli aux défenseurs.


Débriefing

Débriefing Garde Impériale

Il était évident que je ne réussirait pas à défendre le générateur avec si peu de troupes disponibles au départ. Mais ce scénario « test » contre la Death Guard est cependant intéressant à plus d'un titre.

Premièrement, je n'ai pas pu tirer une seule fois. J'ai mal joué l'arrivée de mes renforts, j'aurai dû inverser le positionnement entre mon escouade d'infanterie et celle anti-chars, cela aurai permis à cette dernière de bénéficier plus rapidement d'une opportunité de tir.

Deuxièmement, les nurglings craignent les tirs d'armes à gabarit, ce qui les oblige quasiment à profiter de la moindre opportunité pour engager le corps à corps et empêcher qu'on puisse les prendre pour cible. C'est une chose bonne à savoir pour la prochaine fois.

Enfin, dernière chose à remarquer lors de cette partie (et à exploiter ulterieurement) : l'invocation des portepestes et leur apparition sur le champ de bataille est très aléatoire. Il est donc possible de gagner un tour supplémentaire entre le moment où ils apparaissent et le moment où ils pourront réellement engager un corps à corps (donc, servir à quelque chose), faille qu'il doit être possible d'exploiter.

En conclusion, il ne me restait pas grand chose à faire d'autre au tour 4 que de quitter le champ de bataille : l'objectif avait été détruit (j'avais donc perdu quoi qu'il arrive) et même si la partie pouvait encore durer (le nombre de tours étant aléatoires), la prudence et le fait que les unités peuvent acquérir de l'expérience dans le cadre de cette campagne m'ont décidé à économiser un peu mes troupes. Mieux vaut perdre une bataille et monter en compétence pour plus tard que perdre et trouver la mort...

 

Débriefing Death Guard

A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Il est vrai que je n'ai eu aucun mal à remplir les objectifs de la mission, mais ce n'est pas le plus important.

Ce qui était vraiment intéressant, c'est l'emploi des nuées de nurglings, car ce sont bien eux qui ont fait toute la partie ! Moi qui voulais les tester en conditions réelles, je ne pouvais pas faire mieux. Cela mis à part, je me suis trop inquiété pour eux après l'arrivée des l'équipe anti-chars de la Garde. Avec le recul, je me suis dit que même si les trois lance-missiles mettaient dans le mille, je ne perdais que 2 socles grand maximum par tour, ce qui est était de toutes façons statistiquement très improbable.

L'enthousiasme passé pour cette unité, il est vrai que je reste sur ma faim quant aux portepestes. Je savais que l'invocation démoniaque était aléatoire, mais cela frise un peu l'inutile lorsqu'ils arrivent 12ps en arrière du reste de l'armée... espéront qu'ils fassent mieux lorsque j'aurais vraiment besoin d'eux une prochaine fois.

Enfin, je regrette de ne pas pu avoir tester davantage mon lieutenant, mais ce n'est que partie remise : il faut savoir ménager le suspens.



17/07/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres